Les toits de France reflètent à leur façon l’histoire de France.

Reflet de l’histoire des régions et de l’exploitation de leurs ressources naturelles, l’histoire du savoir-faire local, l’histoire aussi de la coutume ou de la politique patrimoniale locale… Les toitures font incontestablement partie du patrimoine architectural français.

Une esthétique régionale réglementée

Aujourd’hui encore, on ne peut pas faire ce qu’on veut avec son toit.
Lors de la conception de la toiture d’une maison, plusieurs critères sont à prendre en compte. La localisation géographique et la situation climatique associée vont être déterminants dans le choix de la pente et de la couverture. Tuiles, ardoises, chaume, lauze ou zinc, entre autres, ne peuvent être posés qu’en accord avec la réglementation locale. Elle va prendre en compte les caractéristiques architecturales et les techniques qui s’imposent pour assurer sa durabilité.
Si l’on observe pour les toitures en France une prédominance de la tuile en terre cuite, certains particularismes régionaux imposent une toiture en ardoise naturelle.

L’ardoise aiment les régions montagneuses

L’ardoise naturellement est traditionnellement un système de couverture utilisé dans les régions montagneuses, où sa résistance aux intempéries notamment est particulièrement recherchée.
Mais on trouve également des toits en ardoise dans les zones dites « noires », régions de France qui regroupent la Bretagne, les Pays de la Loire, le Centre de la France, le Nord ainsi que l’Ile de France et l’Est.

L’ardoise n’a pas peur de l’humidité !

Pourquoi ces régions ? Tout simplement, parce que ce sont des régions humides où la pluie est fréquente. Et l’ardoise résiste bien à cette hygrométrie.
Par ailleurs, ces régions correspondent aux mines d’extractions en France. Ces régions se sont développées rapidement et ont donc eu besoin de couvrir les maisons avec ce qu’il y avait au plus proche.

Même si aujourd’hui, l’essentiel de la production d’ardoise naturelle européenne est réalisé en Espagne, dans de grandes carrières souterraines ou à ciel ouvert. Grâce aux régions de Castille-et-León, Galice et Estrémadure, la France continue d’être le premier consommateur d’ardoise naturelle avec l’importation de 135.750 tonnes en 2017.
Elle reste très demandeuse et très attachée à ce matériau 100% naturel qui signe l’esthétique de nos bâtis et de nos régions.

Pin It on Pinterest

Partagez !

Partagez ce post avec vos amis